Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Crémadès... Ma vie d'homme, ma vie d'artiste
  • Michel Crémadès... Ma vie d'homme, ma vie d'artiste
  • : Vous parler de ma passion, pousser mes coups de gueules, ouvrir pour vous un peu le livre de ma vie et peut-être répondre aux interrogations que vous avez quant à mon métier d'acteur...
  • Contact

Texte libre

Recherche

Texte Libre

Merci de me rendre cette petite visite !!!

 

J’aime passionnément mon métier comme je peux le détester parfois, mais pour vous, public, ma fidélité a toujours été sans faille. Mon ami Patrick Jorge, qui organise des festivals de cinéma, me dit souvent :
 

 "Quand je dis ton nom, les gens ne tiltent pas forcément, mais lorsque je montre ta photo, la réaction est immédiate ! Le public te suit depuis des années entre cinéma, théâtre et télévision et t’apprécie énormément pour ton travail." 


Si vous faites partie de tous ces fans, je vous remercie et tâcherai d’être encore quelques années à la hauteur. Mon ami rajoute et j’en finirai là :

 

« La célébrité, c’est être connu, la popularité, c’est être reconnu !!! »

 

Je suis donc très fier d’être populaire.

 

Je vous invite à vous inscrire sur la newsletter en haut, à droite afin de recevoir la suite de mes aventures !!!

 

 

 

Archives

29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 18:13

Bonjour tout le monde…

Je retrouve un peu de temps pour tapoter les touches de mon PC…        Entre les festivals, ma petite fille et mes autres activités nocturnes…

Je suis allé voir notamment « Mon père avait raison » au théâtre Edouard VII avec les « Brasseur », père et fils, c’est une merveille. Claude Brasseur m’a scotché !
 Toute la distribution est vraiment épatante dans une mise en scène de Bernard Murat intelligente, c'est vraiment un des spécialistes de Guitry, et les talentueux décors de Nicolas Sire, égal à lui-même. Un mot pour Chloé Lambert qui, je vous l’annonce, façon Madame Soleil, va bientôt faire un carton au cinéma entre autre !!! Quel tempérament, quel talent !
Je suis allé voir, dans ce même théâtre à 19 h, Martin Lamotte dans quatre petites pièces de Guitry. C’est « champagne » ! A l’heure de l’apéro, on se régale. Il est en compagnie de l'excellente Florence Pernel et du charmant et très talentueux Laurent Gérard, avec qui j’avais joué dans « Les 10 petits nègres » au Palais-Royal.
Enfin, j’ai vu également « Victor ou les enfants au pouvoir » au théâtre Antoine. C’est une pièce à laquelle on adhère ou pas mais quelle mise en scène d’Alain Sachs ! Les comédiens sont explosifs, mention spéciale à Urbain Cancelier qui fait un numéro étonnant. Il montre avec gourmandise toutes les couleurs qu’un comédien peut donner à un personnage, aussi bien dans la drôlerie que dans le dramatique.
Bref, je vous avais un peu abandonné et je vous prie de m‘en excuser.
Dernière info, j’ai fait lundi dernier une lecture de « La Dame de chez Maxim » de Feydeau avec, comme metteur en scène et comédien, Francis Perrin.
C’est Olivier Minne qui a eu l’idée de monter cette lourde entreprise car entre comédiens et techniciens, nous dépassons largement la trentaine de personnes.
Ce montage est destiné à un programme "France 2" qui voudrait relancer l’opération « Au théâtre ce soir", fort d’un beau catalogue de pièces. Bonne idée, non ?
Le nombre incroyable de personnes dans la rue qui me disent que toute leur enfance a été bercée par les nombreuses pièces diffusées à la télévision et qui me demandent:
"Mais quand est-ce que les chaînes de télévision programmeront à nouveau des pièces de théâtre?"
Si tout va bien, c’est sur les rails avec cette collection et croyez-moi, la distribution de « La Dame de chez Maxim » est plutôt croustillante ! Ce sont bel et bien des comédiens qui font partie de cette belle aventure avec une captation télé pour le mois de novembre.
Je pense que la presse s’en fera bientôt l’écho.
Mais reprenons le fil de ma carrière. Je vous parlais de la pièce de théâtre « Silence en coulisses » dans l’épisode 23. Le théâtre sonne à nouveau à ma porte ou plutôt à mon téléphone.
Je reçois un jour un coup de fil de Bernard Murat qui propose de me voir pour un rôle. Il va mettre en scène "Drôle de couple" au théâtre des Bouffes Parisiens chez Jean-Claude Brialy, et ce, dans une version féminisée.
C’est la première fois que je rencontrais ce monsieur.
Il me parle du personnage pour lequel il a pensé à moi.
Il s’agit d’un Argentin, cheveux gominés, qui vient, avec son frère aîné, draguer deux filles, voisines de palier. Le rôle du frère serait tenu par Christian Bujeau, vous le connaissez car il a interprété, entre autre le rôle du dentiste dans les films « Les visiteurs 1 et 2 ».
Notre entretien se passe de façon courtoise ; Il me dit chercher un comédien qui puisse prendre l’accent du pays du tango. Je lui fais remarquer que mes origines espagnoles plaident en ma faveur et qu’à la limite, il vaut mieux prendre un comédien sans accent et drôle qu’un « triste » avec accent. Le travail sur l’accent pouvant se faire par la suite.
Je pense que je marque un point à ce moment là car, comme toute personne timide, on a parfois une force de persuasion que l’on n’imagine pas ! Et puis je le « sens » tellement ce personnage de « Jésus », dragueur timide et maladroit qui en fait un peu trop.
Nous nous rencontrons physiquement, si je puis m’exprimer ainsi, avec Marie-Anne Chazel, Clémentine Célarié et Christan Bujeau (sur la photo). Nous lisons la pièce et...
Je vois l’œil de Bernard Murat s’éclairer. Le rapport taille/poids est bon entre ces quatre personnages, de plus le courant a l’air de bien passer.
Petite digression : Quelques années auparavant, lors de l’enregistrement d’une émission pour la télévision, je rencontrais une jeune femme qui démarrait depuis peu dans le métier. Elle me dit tout le bien qu’elle pense de moi et de mon travail, ce qui est plutôt agréable. Elle me confie qu’elle a du mal à trouver des rôles. Je lui confirme que, dans ce métier, c’est encore plus dur pour les filles car elles sont très nombreuses et certains « employeurs » ont, bien malheureusement la main un peu baladeuse lors des castings…
On se quitte après une heure d’une conversation passionnante et je lui souhaite bon courage, lui disant qu’avec le physique qu‘elle a et la force qu’elle dégage, tôt ou tard, ça marchera pour elle.
Cette jeune femme s’appelait Clémentine Célarié...
D’où le plaisir de nos retrouvailles !
Nous avons eu des répétitions pendant lesquelles nous avons bien ri, malgré la rigueur imposée à juste titre par Bernard Murat qui me donnait là une de mes premières chances dans un rôle très important au théâtre, et je tiens à l’en remercier.
Enfin, la rencontre avec le public !
Je me souviens de la robe fendue que portait Clémentine lorsqu’elle ouvrait la porte afin d’accueillir les deux Argentins chauds comme la braise. Quelle allure sur scène, quant à Marie-Anne, elle jouait un personnage plutôt réservé, qui n’avait pas du tout envie de se faire draguer par deux voisins de palier inconnus et peu à son goût.
Dès le premier soir, la magie opérait. Je peux vous certifier qu’à mon entrée, le public explosait de rire puis applaudissait tellement le tableau était surréaliste.
Marie-Anne Chazel, à notre arrivée, était planquée dans un coin du décor. Elle me confia le premier soir qu’elle pensait vraiment, à entendre le public en délire, que j’étais rentré sur scène tout nu ou avec une plume plantée quelque part…
Même Jean-Loup Dabadie nous avoua, après avoir assisté à l'une des représentations, qu’à cette entrée le public explosait façon grenade, ça réagissait tellement fort que ça donnait l’impression d’une véritable explosion.
Quant à Marie-Anne, elle avait surnommé mon entrée en scène du terme « double effet Kisscool ».
C’était à tel point que nous avions, par pur plaisir, mis un technicien, à côté de la porte d’entrée; Lorsque je franchissais la porte, il déclenchait tous les soirs un chronomètre afin de savoir pendant combien de temps le public allait rire et applaudir avant que nous ne puissions recommencer à parler. Le
record fut de 52 secondes ! Pas mal, non ?
Je ne peux m’empêcher de citer Marie-Anne dans ce « compliment » qui me va droit au cœur.
 
 
Attention vous avez devant vous un acteur dangereux ! Dangereux pour le spectateur sur qui il peut provoquer de douloureuses crises de rire. Dangereux pour ses partenaires qui sont menacés de ne plus pouvoir en placer une et donc de déprimer!
J'en veux pour preuve une expérience vécue l'hiver dernier sur les planches d’un théâtre ami et néanmoins concurrent dont je tairai le nom. Lorsque Michel Crémades alias "Réssouss" apparaissait sur scène, son sourire irrésistible, ses yeux malicieux, sa silhouette de dessin animé, son jeu plein de finesse habité par une présence infernale provoquaient un tel torrent de rires et d'applaudissements que ses acolytes abasourdis devaient admettre qu’à l’égal de l’effet radioactif, de l'effet glapion ou du double effet kisscool, il existait bel et bien un effet "Crémades" I
Quand vous saurez en plus qu'il joue au foot comme un pro, fait de très beaux enfants, adore la bonne bouffe, vous ferez comme moi immédiatement partie du fan club de cet homme aussi talentueux à la scène que rare à la ville.
Marie-Anne CHAZEL
 
Comme vous avez pu le constater sur la photo-affiche, quelle distribution ! Entre Arièle, qui est la maman de Mélanie Doutey d'ailleurs, Julie, Sylvie , "Elle est pas plus belle la vie"...
et Annie Grégorio, dont je ne peux m’empêcher de vous dire le plus grand bien, c'est une super comédienne, et quelqu'un de très généreux dans la vie.
D'ailleurs, son chien étant devenu "papa",  elle nous offrit à ma femme et à moi, pour le plus grand bonheur des enfants un chien issu de la portée.
Lors d'une soirée chez Arièle et Alain Doutey, la période de sevrage ayant pris fin, elle nous le remit solennellement.
Nous cherchions un nom pour le chien et c'est Christian Clavier qui nous le souffla. Mon personnage dans la pièce se nommait "Jésus", n'oubliez pas de prononcer la jota, pourquoi ne pas l'appeler comme ça.
Sitôt dit, c'était fait. Ce chien qui fit notre bonheur de très longues années fut baptisé au champagne.
Cette pièce a eu droit à une captation télé pour France 2 et vous pourrez, si vous êtes attentifs la voir un jour ou plutôt une nuit de préférence bien tard…
Attention, ne pas confondre avec le jeu du même nom !
«  A tout bientôt !!! »
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Annie 17/12/2008 16:03

Martin Lamotte dans quatre petites pièces de Guitry, c'est champagne! précisez-vous.Heureuse de le lire car, coïncidence (encore), je viens de réserver pour ce spectacle le 14 mars 2009 au Théâtre Princesse Grâce à Monaco.

Michaël 01/02/2008 13:30

Bonjour Monsieur Crémadès,
Merci pour votre lettre, vos 2008 bises pétillantes pour nous et notre fille Alexia de 6 mois.
Au grand plaisir de vous voir bientôt sur nos planche en Belgique, au Théatre Royal de Namur par exemple.
Très respectueusement, Michaël.

CrémadÚs 01/10/2007 11:54

Merci Servane! J'ai été, en partie, formé à la dure loi du cabaret et du café théâtre et je n'oublie pas tout ce que cela m'a apporté et donné comme  joies. Il est donc normal de renvoyer l'ascenseur et d'aider les "forces vives" de la création en france. Je regrette que, de nos jours, café théâtre ne rime qu'avec "one man ou one woman show", avec un goût prononcé pour tout ce qui se passe en dessous de la ceinture!!!
Malgré tout, je vais serrer la mienne (de ceinture) et essayer de continuer...

Stéphane Caudéran 01/10/2007 06:05

Bravo, Monsieur, pour l'ensemble de votre carrière !

Servane 30/09/2007 22:53

Bravo pour ce blog qui me permet de prendre régulièrement de vos nouvelles.
Je me souviens d'un soir il y a quelques années, où vous m'aviez fait grand plaisir en venant faire partie du jury du Festival de Café Théâtre des Grandes Ecoles et Universités... Votre gentillesse m'avez beaucoup touchée, et je vous en suis toujours reconnaissante.
Bonne continuation...